• laurencemoszkowicz

Un témoignage touchant : "OUI, MON AUTISME ME DÉFINIT"


Être ouvertement autiste peut être un cauchemar pour plusieurs raisons, mais il y a peu de phrases qui m'ennuient plus que... "Ne laissez pas votre autisme vous définir."

Cette phrase touche au cœur de ce que je suis et me mine fondamentalement. Lorsqu'une personne me dit cela, il est clair qu'elle n'a pas pris le temps de comprendre la vie des personnes autistes. L'autisme est plus qu'un diagnostic, et ce n'est pas un problème de santé mentale dont je souffre. Oui, certains aspects de mon diagnostic peuvent être très invalidants, mais comme nous le savons grâce au modèle social du handicap, c'est en grande partie parce que le monde n'est pas conçu pour moi et mes camarades autistes. Pour moi, comme pour tous les autres autistes, l'autisme est une partie inextricable de notre identité. L'autisme fait partie intégrante de mon identité. Il définit ma neurologie et, par conséquent, il définit chaque aspect de mon existence. Sans être autiste, je ne serais pas la personne que vous connaissez. Chaque aspect de qui je suis est dicté par ma neurologie autiste. Au moment même où j'écris ces lignes, je peux imaginer les cris de désespoir des parents martyrs. Comment oserais-je suggérer que l'autisme est autre chose qu'une tragédie ? Ne devrais-je pas capitaliser sur mes luttes ? Devrais-je me lamenter sur ma faiblesse pour avoir plus d'adeptes d'Instagram ? Pour dire les choses simplement, il y a ceux qui préfèrent que l'autisme soit considéré comme un appendice, un parasite qui s'accroche à moi, attendant que des charlatans viennent blanchir la différence qui est en moi. Ces gens me mettent en colère d'une manière que je ne peux même pas commencer à décrire. J'irais même jusqu'à dire que ce sont les discours de désespoir et de guérison mentionnés ci-dessus qui contribuent au taux de suicide inquiétant des personnes autistes. Lorsqu'ils voient l'autisme, ils voient quelque chose qui doit être éradiqué. Quand je vois de l'autisme, je vois de la beauté. Je vois une riche culture de défenseurs féroces qui ne veulent rien d'autre que d'être acceptés par une société qui cherche à les aliéner. Je vois les communautés d'autistes, qui se font enfin entendre et se sentent aimées. Je vois des gens aux idées et aux talents remarquables qui contribuent positivement au monde. Lorsque je parle de l'autisme, c'est à cette définition que je fais allusion. Je ne pense pas, ne communique pas et ne me comporte pas de quelque façon que ce soit comme la population neurotypique. J'ai mon propre langage, l'univers est un lieu différent vu à travers la lentille de mon esprit autiste. Dans ma vie, il y a eu une seule constante immuable qui m'a toujours accompagné : je suis autiste. J'étais autiste le jour de ma naissance, et je le serai le jour de ma mort. L'autisme n'est pas quelque chose que je porte en moi. Je suis autiste, et l'autisme, c'est moi. Nous sommes une seule et même personne, une belle symbiose qui cherche à changer le monde en un lieu plus accueillant et plus chaleureux. Là où d'autres voient la souffrance, je vois une communauté et une culture de personnes autistes qui se battront sans relâche pour la justice qui, jusqu'à présent, nous a surtout échappé. Cette communauté est le visage de l'autisme, et c'est pourquoi elle me bouleverse si profondément lorsque vous me dites de ne pas laisser mon autisme me définir.

David est un adulte autiste vivant au Royaume-Uni. Il est administrateur et rédacteur de NeuroClastic, et il est en voie de guérison de sa dépendance à la drogue et à l'alcool (maintenant sobre) et a connu plusieurs problèmes de santé mentale complexes. Il s'intéresse particulièrement à l'autisme, à la toxicomanie, à la santé mentale et à tous les endroits où ces choses se croisent. Il est également l'auteur de Emergent Divergence sur Wordpress et Facebook. THEASPERGIAN.COM Yes, my autism does define me. » The Aspergian For David, nothing is more hurtful and offensive than being told that his autism does not define him. Here's why.Read More →



©2018 by Laurence Moszkowicz. Proudly created with Wix.com